Breaking News
Home / Accueil / Le FMI clôt ses réunions au Maroc sans consensus sur les conditions de financement

Le FMI clôt ses réunions au Maroc sans consensus sur les conditions de financement

Les pays membres du Fonds monétaire international (FMI) n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur un plan visant à augmenter le financement de l’institution en raison de désaccords sur le langage à utiliser en cas de conflit, mais se sont engagés à une « augmentation significative » des ressources de prêt d’ici la fin de l’année.

Alors que les réunions annuelles du FMI et de la Banque mondiale se terminaient à Marrakech, la présidence du Comité monétaire et financier international (CMFI), la ministre espagnole de l’Économie Nadia Calvino, a appelé à « une augmentation significative des quotes-parts qui, au minimum, maintient l’enveloppe actuelle des ressources du FMI » alors que 185 milliards de dollars d’accords d’emprunts bilatéraux arrivent à échéance.

Les quotes-parts, versées par les pays membres en proportion de leur participation, ne représentent qu’environ 40% de la puissance de prêt du FMI, qui s’élève à environ 1.000 milliards de dollars.

La présidente du CMFI a précisé que les membres n’étaient pas parvenus à un consensus sur un communiqué commun en raison de désaccords sur le langage à utiliser en cas de conflit, bien que de nombreux pays membres aient condamné l’invasion de l’Ukraine par la Russie et les meurtres de civils en Israël et à Gaza.

Les pays membres devaient se prononcer sur le plan des Etats-Unis, qui prévoit que les pays apportent de nouvelles quotes-parts proportionnellement à leur participation actuelle – inchangée depuis 2010 – a reçu le soutien des pays du G7, de l’Inde et d’un certain nombre d’autres marchés émergents.

Cependant, la Chine, dont l’économie est aujourd’hui trois fois plus importante qu’en 2010, continue de réclamer davantage de parts au FMI.

Le gouverneur de la Banque populaire de Chine, Pan Gongsheng, a déclaré lors de la réunion du CMFI que Pékin souhaitait à la fois une augmentation des quotes-parts et un réalignement des parts « afin de refléter le poids relatif des membres dans l’économie mondiale et de renforcer la voix et la représentation des marchés émergents et des pays en développement« .

Les membres du CMFI ont accepté d’ajouter un troisième président au conseil d’administration du FMI pour représenter les pays africains, ce qui constitue un élément clé pour l’obtention d’un « plan de quotes-parts équi-proportionnelles » de la part des États-Unis.

La présidente du CMFI a laissé la porte ouverte à une éventuelle adoption du plan américain, en précisant que des « dispositions transitoires » pourraient s’avérer nécessaires. Elle a également demandé au conseil d’administration du FMI de proposer des options de modification de la formule d’actionnariat d’ici à juin 2025.

Cela permettrait d’accélérer la prochaine révision quinquennale des quotes-parts et de répondre à l’appel de la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, en faveur d’une date limite pour l’ajustement de l’actionnariat afin de préserver sa crédibilité.

Un fonctionnaire du Trésor américain a déclaré à la presse que malgré l’absence d’accord ferme, des progrès notables avaient été réalisés sur la question des quotes-parts, les pays ayant discuté de leurs positions et un accord étant « de plus en plus probable » d’ici le mois d’octobre.

L’organe directeur de la Banque mondiale n’a pas non plus été en mesure de publier un communiqué commun, bien qu’il ait noté dans une déclaration du président du Comité du développement, les Émirats arabes unis, que « la plupart des membres » soutenaient le langage des dirigeants du G20 sur la guerre en Ukraine.

Le Comité du développement a officiellement approuvé la nouvelle vision de la Banque mondiale, qui consiste à « créer un monde sans pauvreté sur une planète vivable« , dans le but d’étendre sa mission au changement climatique, aux pandémies, aux États fragiles et à d’autres défis mondiaux.

Source : Reuters

About Agences

Check Also

Christine Lagarde élude une question sur les turbulences sur la dette française

Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne (BCE), a éludé vendredi une question sur les turbulences survenues sur les marchés financiers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!