Breaking News
Home / Finances / Banques / Fitch Ratings : Les perspectives à court terme des banques tunisiennes restent très difficiles

Fitch Ratings : Les perspectives à court terme des banques tunisiennes restent très difficiles

La qualité de crédit du secteur bancaire tunisien devrait encore s’affaiblir en 2021, car l’environnement opérationnel des banques reste difficile au lendemain de la crise sanitaire due à la pandémie de coronavirus, a déclaré Fitch Ratings dans un nouveau rapport.

Fitch Ratings, qui a fait savoir qu’elle va maintenir sa perspective négative sur le secteur, a ajouté que le passage à IFRS 9 (une norme internationale d’information financière), à partir de la fin de l’exercice 2021, est susceptible d’affaiblir les indicateurs de qualité des actifs publiés et de nécessiter un provisionnement supplémentaire pour refléter l’utilisation de données prospectives.

Cependant, les banques peuvent être autorisées à introduire progressivement l’impact sur le capital des provisions supplémentaires au fil du temps.

L’agence de notation a ajouté, aussi, dans un communiqué, publié lundi soir, que « l’évaluation de la qualité des actifs des banques tunisiennes rend compte de leur forte exposition au souverain affaibli (« B »/Négatif) à travers les détentions de titres publics et les prêts directs à l’État ».

« Nous estimons que l’exposition des banques au souverain était d’environ 15 % des actifs du secteur à fin novembre 2020, ce qui est important. En outre, les banques sont fortement exposées aux entreprises souveraines faibles ».

Elle a noté, en outre, que les charges de dépréciation des prêts (LIC) ont augmenté de manière significative en 2020 en raison de la faiblesse des conditions de crédit et de nouvelles règles strictes pour le calcul des provisions collectives. Un provisionnement plus élevé a considérablement réduit la rentabilité, le rendement des capitaux propres des plus grandes banques tombant à 9,6 % (2019 : 16,1 %).

« Nous prévoyons que la rentabilité restera faible en 2021 en raison de taux d’intérêt bas, d’une activité commerciale atone et d’une reprise retardée dans le secteur vital du tourisme. Les PFR devraient rester élevés compte tenu de la gravité des risques liés à la qualité des actifs, qui pèseront également sur la rentabilité », peut-on lire dans le même communiqué.

About Adel

Check Also

UBCI : augmentation de 6,89% du PNB durant le 2ème trimestre 2021

L’Union Bancaire pour le Commerce et l’Industrie (UBCI) a enregistré une croissance de 6,89% du produit net bancaire au terme du 2ème trimestre 2021, enregistrant 128,363 Millions de dinars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!