Breaking News
Home / Dernières actualités / CNUCED : Baisse des investissements directs étrangers de 16% en Afrique, et de 25% en Afrique de Nord

CNUCED : Baisse des investissements directs étrangers de 16% en Afrique, et de 25% en Afrique de Nord

La pandémie de COVID-19 a eu un impact significatif sur les investissements directs étrangers (IDE) en Afrique, les flux vers le continent ayant diminué de 16% en 2020 à 40 milliards de dollars, contre 47 milliards de dollars en 2019.

En fait, les défis économiques et sanitaires en cascade dus à la pandémie combiné aux bas prix des matières premières énergétiques ont lourdement pesé sur les investissements étrangers sur le continent, selon le Rapport sur l’investissement dans le monde 2021 de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), publié lundi 21 juin.

Le rapport montre que les pays tributaires des matières premières ont été plus durement touchés que les économies non axées sur les ressources. « L’environnement difficile a affecté tous les aspects de l’investissement étranger », a déclaré James Zhan, directeur des investissements et des entreprises de la CNUCED.

Les annonces de nouveaux projets, une mesure du sentiment des investisseurs et des tendances futures des IDE, ont chuté de 62 % à 29 milliards de dollars, contre 77 milliards de dollars en 2019.

Les fusions et acquisitions transfrontalières (F&A) ont chuté de 45 % à 3,2 milliards de dollars, contre 5,8 milliards de dollars en 2019. Les annonces de financement de projets internationaux, particulièrement pertinentes pour les grands projets d’infrastructure, ont chuté de 74 % à 32 milliards de dollars.

Toujours d’après la CNUCED, les flux d’IDE vers l’Afrique du Nord se sont contractés de 25 % à 10 milliards de dollars, contre 14 milliards de dollars en 2019, avec des baisses importantes dans la plupart des pays. L’Égypte est restée le plus grand bénéficiaire en Afrique, bien qu’avec une réduction significative (-35 %) à 5,9 milliards de dollars en 2020.

En Afrique subsaharienne et australe, les flux d’IDE ont diminué de 12 % pour atteindre 30 milliards de dollars, les investissements n’augmentant que dans quelques pays. Les IDE vers l’Afrique australe ont diminué de 16 % pour atteindre 4,3 milliards de dollars, alors même que le rapatriement des capitaux par les entreprises multinationales (EMN) en Angola s’est ralenti. Le Mozambique et l’Afrique du Sud représentaient la plupart des entrées en Afrique australe.

Pour ce qui est de l’Afrique de l’Ouest, malgré la légère augmentation des entrées au Nigéria de 2,3 milliards de dollars en 2019 à 2,4 milliards de dollars, les IDE ont diminué de 18% à 9,8 milliards de dollars en 2020. Le Sénégal était également parmi les rares économies du continent qui ont reçu des entrées plus élevées en 2020, avec Augmentation de 39 % à 1,5 milliard de dollars, en raison des investissements dans l’énergie.

Quant à l’Afrique centrale, elle a été la seule région d’Afrique à avoir enregistré une augmentation des IDE en 2020, avec des entrées de 9,2 milliards de dollars, contre 8,9 milliards de dollars en 2019. L’augmentation des entrées en République du Congo (de 19% à 4,0 milliards de dollars) a permis d’éviter une baisse.

Concernant l’Afrique de l’Est, les IDE ont tombé à 6,5 milliards de dollars, soit une baisse de 16 % par rapport à 2019. L’Éthiopie, malgré une réduction de 6 % des entrées à 2,4 milliards de dollars, a représenté plus d’un tiers des investissements étrangers en Afrique de l’Est.

About Wajdi

Check Also

L’ANSI met en garde contre des attaques par ransomwares ciblant plusieurs organismes

L’Agence nationale de sécurité informatique (ANSI) a mis en garde hier contre les attaques par ransomwares ayant ciblé certains organismes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!