Breaking News
Home / Dernières actualités / La demande en énergies fossiles retrouve ses niveaux d’avant la pandémie

La demande en énergies fossiles retrouve ses niveaux d’avant la pandémie

La demande de charbon et de gaz naturel a dépassé les niveaux records d’avant la pandémie, et le pétrole n’est pas loin derrière, ce qui compromet les espoirs de voir la pandémie accélérer la transition des combustibles fossiles vers des énergies propres.7

La pénurie mondiale de gaz naturel, les prix records du gaz et du charbon, la pénurie d’électricité en Chine et le prix du pétrole, au plus haut depuis trois ans, révèlent la même chose: la demande d’énergie est repartie à la hausse et le monde a toujours besoin de combustibles fossiles pour répondre à la plupart de ces besoins.

« La chute de la demande pendant la pandémie était entièrement liée à la décision des gouvernements de restreindre les déplacements et n’avait rien à voir avec la transition énergétique« , a déclaré à Reuters Cuneyt Kazokoglu, responsable de l’analyse de la demande de pétrole chez FGE.

« La transition énergétique et la décarbonisation sont des stratégies qui s’étendent sur une décennie et ne se font pas du jour au lendemain« , selon l’analyste.

Plus des trois quarts de la demande mondiale d’énergie sont toujours satisfaits par les combustibles fossiles et moins d’un cinquième par les énergies renouvelables non nucléaires, selon l’Agence internationale de l’énergie (l’AIE).

Les politiques de transition énergétique ont été critiquées car elles font flamber les prix de l’énergie. Dans certains endroits, comme en Europe, les administrations hésitent à allumer les centrales à charbon pour compenser la pénurie à cause des prix élevés.

En Chine, les politiques de réduction des émissions ont contribué à la décision du gouvernement de rationner l’énergie pour l’industrie lourde.

Mais une grande partie de la hausse des prix de l’énergie est simplement due au fait que les producteurs ont dû réduire leurs capacités de production l’année dernière, lorsque la pandémie a entraîné une baisse sans précédent de la demande.

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES, SOLUTION À LA CRISE

Les producteurs de gaz, de charbon et, dans une moindre mesure, de pétrole, ont été pris de court par la reprise économique, en grande partie déclenchée par les dépenses publiques de relance dans les industries à forte intensité énergétique.

Les politiques nationales ont également joué un rôle dans les problèmes d’approvisionnement en électricité. En Chine, le contrôle imposé par l’État sur le prix de l’électricité fait qu’il n’est pas rentable pour les entreprises de vendre leur électricité à cause de coût trop élevé du charbon.

Les services publics chinois produisent en dessous de leur capacité pour éviter de perdre de l’argent, et non parce qu’ils ne peuvent pas produire davantage.

Par ailleurs, la conception et la construction de la plupart des projets gaziers prennent plusieurs années, de sorte que la pénurie actuelle reflète les décisions d’investissement prises avant la pandémie – et avant la mise en place des politiques actuelles de transition énergétique.

Le directeur éxécutif de l’AIE, Fatih Birol, a déclaré que les politiques de transition énergétique n’étaient pas responsables de la crise.

« La transition énergétique propre bien gérée est une solution aux problèmes que nous observons aujourd’hui sur les marchés du gaz et de l’électricité – et non leur cause« , a déclaré Fatih Birol dans un communiqué.

EFFACEMENT DES PERTES DE 2020

Les données de l’AIE montrent que la demande mondiale de charbon, soit la principale source d’émissions de CO2, a dépassé les niveaux pré-pandémiques à la fin de l’année dernière.

Les réserves mondiales de charbon sont limitées parce que la Chine, responsable d’environ la moitié de la production mondiale, a renforcé les règles de sécurité dans les mines après une série d’accidents, freinant ainsi l’offre.

La Chine importe donc davantage de charbon d’Indonésie, ce qui laisse moins de place aux autres importateurs, comme l’Inde.

La demande mondiale de charbon devrait augmenter de 4,5% cette année, dépassant ainsi les niveaux de 2019.

De son côté, la demande mondiale de gaz naturel a diminué de 1,9% l’année dernière, une baisse moins importante que celle des autres sources d’énergie, car les services publics ont augmenté leur production d’électricité pour répondre aux besoins de chauffage en hiver.

Mais l’AIE prévoit que la demande de gaz augmentera de 3,2% en 2021 pour atteindre plus de 4.000 milliards de mètres cubes, effaçant ainsi les pertes de 2020, et poussant la demande au-dessus des niveaux de 2019.

Selon la société de conseil Rystad Energy, basée à Oslo, les conditions climatiques froides de l’hémisphère nord “ont provoqué une augmentation de la demande de charbon, de gaz naturel liquéfié (GNL), d’électricité et même d’un peu de pétrole (qui) est là pour durer”.

Le GNL ne représente qu’un peu plus de 10% de l’offre mondiale, mais il est plus facilement négociable à l’échelle mondiale et peut donc être déployé plus facilement pour faire face à des pénuries d’approvisionnement à court terme.

« Les flambées des prix et leur écart entre l’été et l’hiver vont s’accentuer, en particulier pour le gaz, tant naturel que liquéfié« , a ajouté Rystad, car les prix sont plus élevés en hiver qu’en été.

ÉCARTS D’APPROVISIONNEMENT

Dernière à rattraper son retard, la demande de pétrole devrait retrouver ses niveaux d’avant la pandémie et dépasser les 100 millions de barils par jour l’année prochaine, selon quatre des principaux groupes de suivi.

Les prix élevés sur les marchés pétroliers s’expliquent par le fait que l’Opep et ses alliés sont encore sous le coup des limitations drastiques de l’offre imposée pendant la pandémie pour répondre à la chute de la demande de carburant pour les transports.

Selon les producteurs de pétrole de l’Opep, le rebond de la demande devrait s’effectuer au deuxième trimestre de 2022.

Dans un avenir plus lointain, alors que la plupart des prévisionnistes s’attendent à un pic de la demande de combustibles fossiles au cours des deux prochaines décennies et que l’AIE recommande de ne pas lancer de nouveaux projets pour garantir des émissions nettes nulles, des écarts d’approvisionnement plus importants pourraient alimenter davantage de chocs de prix.

« Les prix des combustibles fossiles resteront volatils« , a déclaré Nikos Tsafos, chercheur au Center for Strategic and International Studies (CSIS).

« Le risque d’un déséquilibre entre l’offre et la demande est plus important sur un marché qui se rétrécit où les arguments en faveur de nouveaux investissements sont faibles, ce qui pourrait produire des reprises à court terme« 

Source : Reuters

About Agences

Check Also

L’ANSI met en garde contre des attaques par ransomwares ciblant plusieurs organismes

L’Agence nationale de sécurité informatique (ANSI) a mis en garde hier contre les attaques par ransomwares ayant ciblé certains organismes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!