Breaking News
Home / Accueil / QNB : Le commerce mondial est appelé à se resserrer au cours des prochains mois

QNB : Le commerce mondial est appelé à se resserrer au cours des prochains mois

Le commerce mondial est souvent considéré comme un baromètre des activités économiques entre les pays. En fait, peu d’indicateurs qui peuvent refléter la santé globale de l’économie mondiale plus que les données commerciales. S’appuyant sur des transactions transfrontalières réelles, les données commerciales saisissent la demande de produits clés ainsi que de facteurs de production, notamment les biens de consommation physiques, les biens d’équipement, les intrants de base et les produits de base. Par conséquent, les données sur le commerce mondial ont tendance à être très sensibles aux conditions macroéconomiques et à suivre les cycles d’expansion et de ralentissement de l’économie.

Récemment, après l’effondrement brutal mais de courte durée de l’activité ayant  suivi le début de la pandémie, le commerce mondial a fortement rebondi. Selon le Bureau central de planification des Pays-Bas pour l’analyse de la politique économique (CPB NEPA), les volumes du commerce mondial ont bondi de plus de 30 % depuis le creux de la vague de la grande récession pandémique au début de 2020, dépassant de loin les niveaux pré-pandémiques et atteignant confortablement des sommets historiques. Il est surprenant de constater que cette hausse s’est produite alors que les blocages et les contraintes de la chaîne d’approvisionnement persistaient.

Cependant, les données sur le volume du commerce mondial ont tendance à nous donner une image du passé récent plutôt que du présent ou de l’avenir proche Les données de la CPB NEPA, par exemple, sont publiées avec un retard de trois mois, ce qui signifie que leurs impressions récentes reflètent les volumes commerciaux d’août 2022. Il est préférable de se tourner vers d’autres points de données qui tendent à fournir des informations prospectives plutôt que rétrospectives.

Selon nous, les indicateurs avancés suggèrent que le commerce mondial ne va pas continuer à croître mais ralentir et même se contracter durant  quelques mois. Trois points principaux soutiennent notre analyse.

Tout d’abord, les données à haute fréquence des principales économies (États-Unis, zone euro et Japon) indiquent une « récession du commerce mondial ». Les enquêtes flash sur l’indice directeurs des achats (PMI) des économies avancées ont fait état de plusieurs mois consécutifs de ralentissement des nouvelles commandes à l’exportation, qui ont continué à se réduire en octobre. L’inflation élevée a des répercussions négatives sur le revenu disponible au niveau des grandes économies, ce qui freine la demande globale et va de pair avec une décélération continue de la croissance du commerce dans les premiers rapports des exportateurs asiatiques (Japon, Corée du Sud, Singapour et Taiwan). Ces pays ont tendance à être à la tête des échanges mondiaux, car ils jouent un rôle clé dans la chaîne d’approvisionnement des activités industrielles entre les continents.

Deuxièmement, les investisseurs prospectifs anticipent également une forte régression. En effet, les attentes des investisseurs concernant les bénéfices futurs du secteur des transports, un indicateur clé de la croissance future du commerce mondial, indiquent une forte contraction de la demande de biens physiques. L’indice Dow Jones Transportation Average, un indice boursier composé de compagnies aériennes, de camionnage, de transport maritime, de chemins de fer et de sociétés de livraison, dont les performances sont supérieures d’au moins trois mois à celles des exportations mondiales, a atteint un sommet en mars 2021, pour décliner rapidement depuis lors et atteindre des taux de contraction élevés.

Troisièmement, les mouvements des taux de change (FX) sont également susceptibles de jouer un rôle supplémentaire dans le ralentissement du commerce mondial. La force de l’USD, qui repose sur des hausses de taux plus agressives et une économie américaine plus performante, est un frein majeur à la croissance du commerce mondial. Environ 40% des flux commerciaux mondiaux sont facturés en USD et un USD plus fort rend les importations non américaines plus chères. Cela réduit d’autant les revenus disponibles, voire favorise la substitution des importations aux produits nationaux, ce qui a un impact négatif sur les volumes commerciaux.

Dans l’ensemble, les volumes du commerce mondial devraient diminuer sensiblement au cours des prochains mois. Le commerce reflète l’environnement macroéconomique global et n’est qu’un indicateur supplémentaire de l’environnement difficile qui prévaut depuis quelques mois.

 

About Communiqué

Check Also

Hyundai Tunisie réélu pour la deuxième année consécutive « Service Client de l’année 2023 »

Alpha Hyundai Motor, distributeur officiel de la firme automobile sud-coréenne Hyundai en Tunisie pour les véhicules particuliers a été réélu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!