Breaking News
Home / Dernières actualités / Banque Mondiale : L’économie tunisienne « devrait se contracter de 4% en 2020 »

Banque Mondiale : L’économie tunisienne « devrait se contracter de 4% en 2020 »

L’économie tunisienne « devrait se contracter de 4% en 2020 dans un scénario où la COVID-19 se propage dans le monde entier, entraînant des perturbations dans les voyages et les échanges commerciaux ainsi que la limitation des contacts sociaux, tous des facteurs qui affecteront la croissance économique », a indiqué la Banque Mondiale, dans son rapport sur « le suivi de la situation économique en Tunisie », publié récemment.

« Ces prévisions présupposent l’application de mesures de distanciation sociales pendant deux à trois mois, des restrictions de voyage pendant l’été avec pour effet une forte contraction du secteur du tourisme, et l’entrée progressive en exploitation du gisement de Nawara. Les perspectives sont soumises à des risques de dégradation majeurs liés principalement à la pandémie de coronavirus », a encore noté la Banque Mondiale.

Et d’ajouter « L’inflation devrait continuer de reculer dans un scénario de baisse des cours du pétrole et de resserrement continu de la politique monétaire. Les tensions inflationnistes pourraient être plus fortes dans le scénario de perturbation constante des échanges commerciaux avec l’Europe et la Chine, ce qui pourrait contraindre les importateurs à adapter leurs chaînes d’approvisionnement et passer des marchés dans des pays où les coûts peuvent être plus élevés ».

Pour ce qui est du taux de pauvreté, la BM a estimé qu’il « devrait dépasser 3 % en 2020 si l’on utilise le seuil de 3,2 dollars par jour en parité du pouvoir d’achat et s’établir à environ 0,3% si l’on applique le seuil de pauvreté fixé au niveau international ».

Les principaux risques auxquels est exposée la Tunisie, d’après la BM, concernent la pandémie de COVID-19 et la volatilité des cours mondiaux du pétrole.

« Sur le plan intérieur, il existe des risques supplémentaires liés à la poursuite des réformes (au vu des récentes élections et de l’installation d’un nouveau gouvernement), aux tensions politiques et à une détérioration de la sécurité qui auraient une incidence négative sur l’investissement et le tourisme. Les retombées de l’instabilité dans les pays limitrophes pourraient compromettre la stabilité économique », a encore noté la BM.

About Imen

Check Also

Des désaccords importants persistent sur le nucléaire iranien, dit la France

Les négociations sur la relance de l'accord de Vienne sur le programme nucléaire de l'Iran sont difficiles et d'importants désaccords persistent mais des décisions courageuses doivent être prises rapidement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!