Breaking News
Home / Dernières actualités / 15 700 milliards $ ont été levés dans le monde en 2021 sur les marchés des obligations et emprunts syndiqués

15 700 milliards $ ont été levés dans le monde en 2021 sur les marchés des obligations et emprunts syndiqués

Contrairement aux idées reçues, la dette représente le moyen de financement le plus sollicité dans le monde. Et l’Afrique est la seule région du monde qui ne bénéficie pas d’un accès significatif au marché international de la dette.

En 2021, la dette aura été le moyen de financement le plus sollicité par les Etats et les organisations non étatiques. Rien que sur les marchés des obligations et des prêts syndiqués, 15 700 milliards $ de transactions ont été annoncées, selon des données agrégées par l’Agence Ecofin de plusieurs sources. Ces données ne prennent pas en compte les données des marchés nationaux des capitaux.

Des transactions pour une valeur de 5400 milliards $ ont été annoncées sur le marché des prêts syndiqués, une valeur en hausse de 49% comparée à celle de 2020, et la plus importante performance de ce secteur depuis 1980, selon la plateforme Refinitiv, qui donne l’information. Le marché international des capitaux pour sa part a été sollicité à hauteur de 10 300 milliards $.

Ces volumes sont à comparer avec la valeur des transactions annoncées sur les marchés des actions, où seulement 1900 milliards $ de transactions ont été menées. Ces chiffres sont la preuve que le business de la dette est celui qui alimente le plus les banques d’investissement. Les revenus de ces dernières sur le segment dettes et obligations dépasse sensiblement les 65 milliards $.

Aussi, on a noté un intérêt plus marqué pour des prêts risqués. Les emprunteurs considérés comme spéculatifs ont reçu 754,2 milliards $. Un chiffre qui est en hausse de 19% comparé à celui de 2020. Les emprunteurs qui sont perçus comme sûrs, ont reçu environ 3868 milliards $ selon des données de la plateforme Dealogic, reprises par le Wall Street Journal. Mais leur performance est en repli de 8% comparée à celle de 2020.

Ce dynamisme remarqué sur le marché de la dette est confirmé par le plus récent document de l’évolution de la dette mondiale publié par l’Institute of International Finance pour la période s’achevant au 3 septembre 2021. On apprend que, bien qu’en légère baisse, l’encours de la dette mondiale était quand même de 296 000 milliards $, avec une part très faible pour l’Afrique.

Le continent continu pourtant d’être perçu comme « surendetté », alors même que sur les marchés dits matures (USA, zone Euro, Royaume Uni et Japon), les dettes des ménages, des entreprises non financières et des gouvernements sont respectivement de 76%, 96% et 128,6% de leurs produits intérieurs bruts. Cette perception négative de l’Afrique constitue un obstacle pour les capacités du continent à lever les ressources nécessaires pour son développement.

Source : Agence Ecofin

About Agences

Check Also

Ooredoo s’allie à Fujifilm et lance une solution digitale d’impression photo

Fujifilm, groupe international fondé au Japon, et Ooredoo, premier opérateur en Tunisie, s’allient pour offrir une solution numérique innovante d’impression

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!