Breaking News
Home / Dernières actualités / Fitch Ratings : Les troubles politiques en Tunisie accroissent les risques pour le financement du FMI

Fitch Ratings : Les troubles politiques en Tunisie accroissent les risques pour le financement du FMI

« La décision du président tunisien de suspendre le Parlement et de limoger le chef du gouvernement pourrait ajouter des retards supplémentaires à un programme du FMI qui atténuerait les fortes pressions financières du pays », a indiqué l’agence de notation Fitch Ratings, dans un communiqué publié aujourd’hui lundi.

« À notre avis, la Tunisie devra obtenir d’importants financements auprès des créanciers publics avant la fin de l’année afin d’endiguer la détérioration de sa position de liquidité extérieure », a-t-elle encore noté.

Les perspectives de réformes qui réduiraient les déficits budgétaires, stabiliseraient la dette et limiteraient les pressions extérieures sur les liquidités étaient faibles avant cette crise. La fragile coalition au parlement, les tensions entre les principaux dirigeants politiques et l’opposition sociale enracinée – y compris l’opposition du mouvement syndical – aux mesures substantielles d’assainissement budgétaire ont compliqué les efforts visant à garantir l’assainissement budgétaire et le soutien du FMI.

Les actions du président soulèvent de nouvelles incertitudes politiques. Cependant, nous pensons qu’il est peu probable qu’il use de ses pouvoirs pour faire adopter des mesures difficiles pour faire face aux pressions financières, telles que des réductions de l’importante masse salariale du secteur public (17 % du PIB en 2020), car une telle action serait impopulaire et pourrait fusionner la pression sociale contre lui.

Les mesures du président pourraient réduire la volonté des partenaires occidentaux de soutenir la Tunisie ; l’accès du pays aux financements officiels a déjà bénéficié d’être la seule démocratie issue du printemps arabe. Néanmoins, les préoccupations européennes concernant les migrations à travers la Méditerranée resteront une motivation importante pour le soutien extérieur.

Fitch a rétrogradé la Tunisie à « B– » avec une perspective négative plus tôt en juillet en raison de risques accrus de liquidité budgétaire et extérieure dans le contexte de nouveaux retards dans l’accord sur un nouveau programme avec le FMI, qui pour la plupart des créanciers officiels est une condition préalable à un renouvellement d’appui budgétaire. La Tunisie prévoit de bénéficier d’une aide budgétaire des créanciers publics équivalant à environ 4,7 % du PIB et d’accéder au marché des euro-obligations pour des fonds équivalant à environ 2,2 % du PIB en 2021. Nous pensons que ces objectifs ne seront probablement pas atteints et le gouvernement devra continuer à s’appuyer sur des financements locaux.

About Adel

Check Also

Les dettes publiques s’élèvent à 112 milliards de dinars

Selon les statistiques publiées ce mardi 21 septembre 2021 par le journal Assabah, les dettes publiques de la Tunisie sont passées de 100 milliards de dinars

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!